Nyotaimori


de Sarah Berthiaume
Création 2024
Mise en scène Renaud Diligent

 

Le travail est-il au centre de nos vies ?  Avec un humour grinçant, l’autrice Québécoise Sarah Berthiaume s’intéresse au système économique qui transforme les humains en objets. Mêlant temporalités fragmentées et surréalisme, Nyotaimori (art de manger des sushis sur le corps d’une femme) confronte liberté et aliénation au travail, tout en questionnant la consommation mondialisée.  Maude journaliste freelance, workaholicpense avoir une liberté absolue. Mais l’absence de frontière entre vie professionnelle et personnelle la plonge en burn-out. Elle croisera alors de manière folle les personnes derrière les objets de son quotidien bouleversant ainsi sa vision du monde. 

 

dossier

 

Perdre sa vie à la gagner.

Nyotaimori met en scène de manière drôle et inattendue la question de la centralité du travail dans nos vies. Quelle est sa place et son sens ? Comment est-il un marqueur de nos identités ? Comment change-t-il et transforme-t-il nos corps et nos énergies ? Et enfin est-ce que le télétravail, les visioconférences, et la « surconnectivité » ne sont-ils pas de nouvelles formes d’aliénation et de subordination au capitalisme ?

Ce qui me touche dans la pièce de Sarah, c’est qu’elle ne s’attache pas à poser cette question à travers un unique personnage, mais à faire résonner plusieurs destinées entre elles. Ces personnages n’ont aucun lien entre eux (enfin si, les objets ils confectionnent ou qu’ils utilisent à travers le monde) et vivent dans des contextes différents. Magiquement ils vont se rencontrer, dialoguer et se découvrir des points communs et des différences.

Dans les années 90, 60% des Français actifs déclaraient que leur travail définissait leur identité. Au lendemain de la pandémie seul 21 % le revendique. Aux USA, l’augmentation sans précédent des démissions volontaires de postes a été, symboliquement appelé « La Grande Démission » en référence à la grande dépression des années 30 pour marquer son caractère extraordinaire… Notre monde post-covid se réveille différent et devant la prise de conscience des méfaits de la mondialisation et les problématiques écologiques, l’humanité n’entamerai-t-elle pas une nouvelle mutation dans notre contexte post-pandémique ?

L’acuité de la pièce de Sarah Berthiaume avec notre actualité est intense, pourtant le texte a été écrit en 2017. J’ai découvert ce texte par l’entremise de Sébastien David, l’auteur de Dimanche napalm mon dernier projet. Avec l’autrice, ils ont tous les deux mis en scène la pièce à Montréal en 2018. En me replongeant dans les écritures dramatiques québécoises de ma génération, j’ai le sentiment de poursuivre une exploration où mon regard se déplace. D’Amérique du Nord, la perception et le ressenti de notre société sont différent. La langue pour l’exprimer nous parait étrangère. C’est dans ces écarts que je perçois toute une poésie réflexive sur notre propre présent.

 

Distribution

Avec : Sébastien Chabane, Élisabeth Hölzle, Claire Théodolie

Musique  originale et interprétation : Gabriel Afathi [Membre de The Georges Kaplan Conspiracy]

Dramaturgie : Sarah Cillaire
Scénographie : Emmanuelle Debeusssher
Lumières : Pascale Renard
Régie son et création sonore : Anthony Dascola
Costumes : Cécile Schoumiloff
Chargée de Production : Gallane Decerle

le texte est publié aux éditions de ta Mère

Production compagnie CMS – Cie Ces Messieurs Sérieux
Co-production : MA scène nationale – Pays de Montbéliard
Avec Le soutien du Théâtre du Pilier – Espace de la Haute Savoureuse / Giromagny
Résidence de Création : Théâtre d’Auxerre – scène conventionnée Art et Création, La Cité du Mot – La Charité-sur-Loire, MA scène nationale – Pays de Montbéliard, Théâtre de Beaune, ARTDAM – Dijon, Théâtre du Pilier.
Demande d’aide en cours DRAC Bourgogne Franche Comté, Conseil Régional Bourgogne Franche Comté
 
Avec le soutien de la Ville de Dijon et du conseil départemental de la Côte d’Or.
Remerciements : L’Étoile du Nord Théâtre – scène conventionné art et création pour la danse et les écritures contemporaine ; Présence Pasteur – Festival Avignon OFF ; Cie la Dame du Premier
 
Dates
[calendrier 24-25 en cours]
Théâtre du Pilier – Espace de la Haute Savoureuse – Giromagny
L’Espace des Arts – Scène nationale de Chalon-Sur-Saône
L’Atheneum – centre culturel de Université de Bourgogne – Dijon
Théâtre de Beaune
MA scène nationale – Pays de Montbéliard
Festival d’Avignon OFF – 2025
… (en cours)