Icare (que tes rêves te portent mais ne te brûlent pas)

slideicare

 

création 2016 – forme légère – Klassenzimmerstücke

Icare  (Que tes rêves te portent mais ne te brûlent pas)

 de Anne-Gaëlle Jourdain

mise en scène : Renaud Diligent avec : Sébastien Chabane costume : Violaine L. Chartier.

En travaillant cette année avec des élèves sur la découverte des écritures contemporaines, à l’intérieur d’établissements d’enseignement secondaire, (avec le projet de comité de lecture lycéen/collégien), je me suis rendu compte de l’envie et du plaisir des élèves à découvrir les textes de théâtre d’aujourd’hui.

            Les élèves étaient souvent surpris par l’écriture des auteurs, les thématiques qu’ils abordaient et la langue qu’ils utilisaient. Même devant un public de jeune gens habitués à la fréquentation des théâtres, mon travail s’est aussi souvent confronté aux idées préconçues du théâtre que les élèves avaient…

            Est née alors, l’idée d’y retourner en pensant une forme spécialement adaptée à l’espace de la salle de classe, et de dérouter les élèves de ce qu’ils attendent du théâtre et d’une représentation.

            Connaissant le répertoire des «Klassenzimmerstücke» allemande, je me suis inspiré de ce concept utilisé Outre-Rhin en Suisse et qui se développe peu à peu en France, pour aller au devant de ces jeunes spectateurs. Ainsi, en suivant ce dogme j’ai passé commande d’un texte spécifique à Anne-Gaëlle Jourdain, comédienne dans la compagnie depuis quelques années, mais également auteure.

            Le dogme des «Klassenzimmerstücke» :

– Le texte est écrit pour un ou deux comédiens au maximum.
– Le texte joué ne doit pas dépasser 45 min (temps minimum d’une heure de cours en classe)
– Le texte doit prendre en compte la salle de classe comme lieu probable de la situation interprétée et de l’histoire
– Le texte doit prendre en compte la salle de classe et les élèves comme espace scénographique (il ne peut se jouer autre part que dans une salle de classe)
– La mise en scène ne doit pas comporter d’autres effets que ceux matériellement possibles dans une salle de classe (au niveau du son, de la lumière… )
– Chaque texte peut s’articuler autour d’une thématique sociale (un débat peut être organisé avec les élèves et les enseignants) ou de la relecture d’un classique revu pour aujourd’hui.

Peu de Klassenzimmerstücke allemande sont traduites en France, et seulement quelques auteurs on écrit pour ce format particulier comme néanmoins Pauline Sales et Fabrice Melquiot. En outre, le concept me semblait compliqué à concilier avec un travail d’adaptation d’une œuvre littéraire préexistante qui aurait été un peu à l’étroit…

Le choix de la commande d’écriture est advenu comme une évidence.

Je connaissais le travail d’écriture d’Anne-Gaëlle Jourdain et très vite nous avons envisagé ce projet comme un compagnonnage ou une co-construction dans le choix des thématiques et de la fiction. Une manière aussi pour nous de prolonger une collaboration qui dure depuis trois projets où Anne Gaëlle est comédienne.

Mon souhait en tant que metteur en scène était de mettre l’acteur au centre de la relation entre les jeunes spectateurs et le texte. La forme repose essentiellement sur les épaules du comédien. L’enjeu sera de travailler un cadre souple et adaptable laissant la possibilité aux interactions avec les élèves et l’acteur.

Être en permanence sur le fil entre le réel et la fiction…

Les commentaires sont clos.